Le spécialiste du vélo électrique depuis plus de 10 ans / Satisfaction et MEILLEURS PRIX garantis

Idées reçues des vélos électriques

Vélos à assistance électrique : quelles sont les idées reçues ?

Utiliser un vélo électrique n'a pas d'effet bénéfique sur la santé

ERREUR ! Il a été prouvé que la pratique du vélo électrique est bonne pour la santé !
Extrait du communiqué de presse : www.delathouwer.irisnet.be (26/06/2002)
" La question se posait de savoir dans quelle proportion des gains en "condition physique" pouvaient être observés pour l'utilisation de vélos électriques. 20 cyclistes non confirmés (entre 35 et 55 ans) ont effectué pendant 6 semaines leurs déplacements domicile-travail à vélo électrique (entre 5 et 15 km) et ont été analysés. Une première prise de mesures physiologiques était réalisée quatre semaines avant la mise en selle. Avant et après l'opération, les mêmes tests ont de nouveau été effectués. Ces tests portaient sur la capacité maximale d'oxygène, la mesure du taux d'acide lactique et la puissance maximale. En ce qui concerne la capacité maximale d'oxygène, des différences importantes n'ont pas été relevées. Par contre, de nettes améliorations en matière de puissance et d'endurance ont été constatées.
Les résultats de cette étude montrent que même de petits efforts avec un vélo à assistance électrique suffisent pour améliorer la condition physique, et donc la santé en général. En outre, l'utilisation d'un vélo électrique aide à franchir le seuil de l'activité physique, surtout pour des personnes moins en forme."

Utiliser un vélo en ville fait respirer beaucoup plus de pollution qu'en voiture

Bien au contraire, des études récentes ont démontrées que dans les villes, à vélo, on respirait moins de pollutions qu’en voiture. En effet, les prises d’air permettant l’aération intérieure des voitures sont principalement situées à l’avant, sous la calandre, c’est-à-dire tout près des pots d’échappements des autres voitures… Le cycliste prend son air beaucoup plus haut et de plus, il reste beaucoup moins longtemps bloqué dans les zones embouteillées sur-polluées…

Un vélo électrique est plus lourd qu'un vélo normal et donc plus difficile à manipuler

L’ajout d’un moteur et d’une batterie fait que le vélo électrique est légèrement plus lourd à l’arrêt qu’un vélo classique.
Cependant, la comparaison du poids des vélos n’a d’intérêt qu’entre des vélos classiques. En effet, le vélo électrique, par définition, assiste votre pédalage, et en conséquence vous ne ressentez que très rarement (à l’arrêt) le poids légèrement supérieur de votre vélo.

Un vélo électrique c'est pour les feignants

Certes l’effort produit est moindre, mais les agréments répondent à un autre usage du vélo. Le vélo classique est parfait lorsque l’on souhaite le pratiquer de manière sportive et que l’on peut se permettre de suer avant d’arriver au travail ou au bout de sa ballade. Le vélo électrique répond à une nouvelle tendance de meilleurs choix pour nos déplacements. Notons tout de même que faire du vélo, même s’il est à assistance électrique, est bien plus bénéfique pour la santé que d’utiliser la voiture ou les transports en commun… Les voitures ne seraient elles pas plutôt l’icône du refus de l’effort ?

Un vélo électrique n'apporte pas le confort et la liberté d'une voiture ou d'un bus

Il faut comparer ce qui est comparable, c’est le début d’une réflexion intelligente. Bien évidemment, en vélo on subit les intempéries et on peut se sentir « moins bien assis ». Mais si l’on va un peu plus loin dans la réflexion, où est le confort de partager un bus ou un métro aux heures de pointe et de devoir subir la cohue et rester debout ? Où est la liberté lorsque l’on est coincé dans les embouteillages et que l’on doit subir la conduite hasardeuse d’automobilistes énervés et trop pressés ? Le confort et la liberté sont des données éminemment relatives et pour pouvoir bien comparer, il faut faire un bilan pour chaque mode et ne pas rester sur de fausses impressions… C’est le but de cette rubrique !

Un vélo électrique est tout de même moins rapide qu'une voiture

Tout dépend du trajet à effectuer ! Un vélo électrique peut se montrer très vite bien plus efficace qu’une voiture ou que les transports en commun lors de déplacements urbains ou interurbains.
De plus, le rapport entre un éventuel gain de temps procuré par une voiture et les coûts à la fois écologiques et économiques qu’elle engendre est-il si intéressant ? Nous ne sommes que très rarement aussi pressés que l’on veut bien le faire entendre, sachons prendre notre temps pour éliminer encore un peu plus de stress.

Utiliser un vélo électrique qui ne sera tributaire ni des conditions de circulation, ni des grèves inopinées, c’est se donner la garantie d’arriver à l’heure en gérant correctement son emploi du temps. Cela peut très vite s’avérer appréciable.

Si la batterie se vide pendant le trajet, je vais être obligé de m’arrêter

Tous les modèles de vélo électrique homologués présents sur le marché respectent les normes européennes en vigueur (voir la page dédiée à la législation sur le vélo électrique) qui imposent une certaine indépendance du moteur vis-à-vis du pédalage afin que les vélos ne rentrent pas dans la catégorie des cyclomoteurs.

Dans tous les cas il est toujours possible de pédaler même lorsque la batterie est à plat. Certains modèles de vélo électrique proposent l’activation ou non de l’assistance avec différents niveaux. La technologie est en pleine évolution.

On est obligé de recharger les batteries après chaque usage

Absolument pas, si vous faîtes un trajet aller-retour quotidien de 10 kilomètres, vous ne pouvez brancher votre batterie qu’une nuit sur deux voire sur trois (la nuit étant souvent le moment de prédilection pour la recharge, d’autant que l’on tombe dans les heures creuses pour le coût de l’électricité).

La durée d’utilisation de la batterie dépend entièrement de son utilisation. Si vous êtes un cycliste de taille et de poids moyen effectuant quotidiennement un parcours relativement plat, votre recharge de batterie durera plus longtemps que pour un cycliste de bonne composition effectuant des trajets vallonnés. Tout dépend de l’utilisation.

Les batteries usagées sont encombrantes et polluantes

Les batteries arrivées en fin de vie sont à renvoyer au constructeur ou bien à déposer dans n’importe quelle déchetterie. Elles seront alors recyclées. La durée de vie d’une batterie est variable mais est généralement comprise entre 2 et 5 ans selon l’utilisation qu’on en a. Elle est exprimée en cycles, un cycle de batterie étant une décharge-recharge complète. Elles permettent en moyenne de parcourir plus de 20 000 kilomètres. Avoir une batterie en réserve est cependant toujours une bonne sécurité.

Comment faire en cas de soucis techniques ?

Concernant la partie cycle, les vélos électriques que nous distribuons sont équipés comme des vélos classiques avec des éléments de marques connues afin de faciliter la maintenance du vélo.

Quant à la batterie et au moteur, ils sont garantis par les constructeurs (garanties variables indiquées dans les fiches produits).

Comme sur un vélo classique, on ne peut rien transporter

Bien au contraire. Un vélo électrique, du fait de l’assistance du moteur, permet de transporter de lourdes charges sans que cela ne soit ressenti par le cycliste. De nombreux équipements sont proposés avec chacun des vélos pour un confort d’utilisation maximum.

Le prix d'un vélo électrique est excessif

Le prix d’achat d’un vélo électrique s’explique par la technologie à laquelle il est associé. De plus, les possibilités d’usage d’un vélo électrique sont bien plus importantes qu’un vélo traditionnel (déplacements domicile-travail par exemple). De plus, dès lors que le vélo électrique va servir, même de temps à autre, à remplacer l’usage de la voiture, cela représentera à chaque fois des économies et sa rentabilité sera très vite appréciée.
Derrière son prix, on trouve une foultitude d’avantages non négligeables, dont certains ne sont pas valorisables en argent mais qui peuvent valoir bien plus que la somme déboursée.

ByBike.fr s’efforce de sélectionner les vélos électriques ayant le meilleur rapport qualité/prix possible. Notre objectif est la démocratisation du vélo électrique et cela passe par des prix abordables pour tous.

On doit prendre une assurance spécifique pour un vélo électrique et porter un casque

Au sens de la loi, dans la mesure où ils respectent les conditions prescrites, le vélo électrique est un vélo comme les autres. Ainsi, il n’est pas nécessaire de souscrire une assurance spécifique ni de porter de casque lorsqu'on l’utilise. Voir la rubrique législation du vélo électrique .

Avec un vélo électrique il vaut mieux éviter de rouler sous la pluie

Les vélos électriques sont des vélos avant tout et sont conçus pour cet usage. Leurs concepteurs ont bien évidemment pris en compte les conditions météorologiques auxquels seront soumis leurs vélos.

Un vélo électrique ça attire les voleurs

Tout ce qui peut se voler attire les voleurs. Cependant, il y a des gestes simples que beaucoup de cyclistes oublient et qui sont les premiers remparts contre les voleurs : Attacher son vélo avec un antivol de bonne qualité, de préférence sur un support rigide et dans un espace réservé aux vélos. Le risque zéro n’existe pourtant pas et c’est pourquoi des solutions de gravage et des assurances spécifiques existent. Le gravage permet de rendre à leurs propriétaires les vélos qui sont volés et retrouvés (90% des vélos retrouvés ne peuvent être restitués à leurs propriétaires et sont revendus aux enchères).

Désormais des solutions d’assurance spécifiques existent et permettent de vous faire rembourser la valeur de votre vélo s’il est volé.

Faire du vélo, c’est prendre de gros risques d'accident

Les statistiques démontrent que l’accidentologie liée à l’utilisation du vélo est en chute libre depuis de nombreuses années. En 2003, 190 personnes sont décédées des suites d’un accident à vélo contre 374 en 1995. Le nombre de blessés graves à quant à lui été divisé par 2 dans la même période pour atteindre 848 personnes. Ces chiffres sont donc sans comparaison avec ceux liés à l’automobile ou ceux liés aux deux-roues motorisés. De plus, selon des indices récents, 92 % des accidents de vélos sont des accidents bénins et seulement 0,4 % entraînent la mort, là ou ce taux est de 2,3 % pour les piétons et de 1,3 % pour les voitures. Le risque zéro n’existe pas, mais la meilleure des protections reste d’abord de respecter le code de la route, de rouler prudemment et de toujours rester vigilant. Sans excès, on évite un maximum d’ennuis. Et n’oubliez pas que si le port du casque n’est pas obligatoire, il est cependant vivement conseillé, cela pourrait vous sauver la vie. Voir la fiche de la sécurité routière sur la circulation à vélo en toute sécurité : http://www.securiteroutiere.gouv.fr/IMG/pdf/depliant-velo.pdf